L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Succès de Sébastien Ogier au Monte-Carlo: l’histoire se répète

Au regard de la domination de l’équipage français composé de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, fidèles à leur Volkswagen Polo R WRC, on se demande d’ores et déjà ce que va donner cette nouvelle saison du championnat du monde des rallyes, qui est en pleine transition, avant l’entrée en vigueur d’un nouveau règlement, en 2017.

ogier michelin 2

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le duo français a survolé les débats. Seuls Kris Meek et Paul Nagle, à bord de leur Citroën DS3 WRC, arrivaient à tenir tête à la Volkswagen des triples champions du monde.

Et derrière, loin derrière, les autres concurrents ramassaient les miettes d’un rallye très suivi et bien organisé autour de Gap mais plutôt délaissé du côté de Monaco, où les voitures sont arrivées dans un certain anonymat le samedi soir. La cérémonie de remise des prix a été expédiée en un temps record avec un public peu nombreux.

De belles performances, pourtant

rallye de monte carlo (2)Outre la prestation parfaite d’Ogier, on notera tout de même l’intérêt évident de ce rallye hétéroclite et la nécessité pour les concurrents de définir une stratégie pneumatique maline pour s’en sortir. Car le Rallye Monte-Carlo est avant tout une épreuve où le niveau d’adhérence et la nature du sol changent au fil des spéciales, voire pendant.

Les conseils apportés par les ouvreurs, mais aussi les CTE -les conseillers techniques d’Ecurie que Michelin dépêche à chacune de ses équipes partenaires- prennent alors une importance inhabituelle, même si, à la fin, c’est le pilote qui décide.

rallye de monte carlo (3)C’est d’ailleurs en équipant sa Polo R WRC de pneus à clous plutôt que de pneus neige, qu’Andreas Mikkelsen est venu à consolider une troisième place pour laquelle il luttait avec Thierry Neuville et sa Hyundai i20 WRC, en collant dans la super spécial n°10 non seulement 43,9 secondes au leader Ogier, mais plus de 54 secondes au pilote belge, en perdition sur la glace à bord de sa Hyundai restée en pneus neige. A noter que le Monte-Carlo est la seule manche du championnat du monde des rallyes à permettre l’utilisation de quatre types de pneus : soft, super soft, neige et cloutés. En réalité, chez Michelin, fournisseur des grandes écuries, il ne s’agit que de deux pneus –Pilot Sport et Alpin PA4– qui reçoivent deux mélanges de gomme différents pour le premier et 200 clous en plus pour le deuxième. Une polyvalence qu’il convient de saluer, car couvrir autant de circonstances différentes avec un éventail de produits aussi court est un défi difficile à relever.

Ogier mécano de Citroën ? La réponse est non

rallye de monte carlo (5)Alors que Kris Meeke a perforé le dessous de sa boîte de vitesse en frottant sur une pierre enchâssée invisible lors du premier passage du matin, la presse quotidienne régionale et plusieurs sites sur le net se sont émus de voir Sébastien Ogier, le pilote Volkswagen, allongé sous la Citroën de son adversaire.

Certains titraient même « Ogier, cet homme au grand cœur, tente d’aider Meeke à réparer« . Il convient de rétablir la vérité. Effectivement Ogier était allongé sous la WRC de Meeke sur le parking de Tallard, lors d’une assistance délocalisée dans la banlieue de Gap, mais ce n’était pas pour l’aider à réparer! Il vérifiait que Meeke disait vrai, pensant que le Britannique bluffait pour l’inciter à changer de stratégie de pneus. Ogier n’est donc pas le mécano au grand cœur qu’on aurait pu penser. Mais il est en revanche exact qu’il a déclaré qu’il aurait préféré que la bataille avec Meeke continue, non seulement pour le spectacle, mais aussi pour le rythme et la sportivité. Avec plus de 2 min 30 d’avance sur Mikkelsen alors passé deuxième le samedi soir, l’affaire était pliée.

Latvala renverse un spectateur mais ne s’arrête pas

12643033_965628576845300_3283372523881567403_nHeureusement, le spectateur en question est sorti indemne du roulé-boulé qu’il a effectué sur le capot de la Volkswagen du Finlandais, qui a encore une fois eu du mal à rester sur la piste. C’est d’ailleurs en franchissant un fossé et ruinant sa suspension que Jari-Matti a continué sa route au milieu des spectateurs, qui heureusement se sont tous poussés à temps, ou presque.

Car dans la précipitation, l’un d’entre eux a fait tomber son appareil photo et a voulu venir le ramasser avant qu’il ne passe sous les Michelin cloutés du pilote Volkswagen. Et alors qu’il se penchait, il fut percuté par Latvala -heureusement à petite vitesse- lequel n’a pas pris la peine de s’arrêter mais sera contraint à l’abandon à la fin de la même spéciale.

12565527_965337960207695_4443271101811189709_nLa vidéo est visible sur internet et il y a fort à parier, compte tenu de la fumée qui s’échappait du capot de son bolide, que la fin du rallye était proche. On peut penser que si, au lieu de s’échapper, Latvala s’était arrêté pour prendre des nouvelles du spectateur touché, signant au passage quelques autographes et photos pour la foule au milieu de laquelle il venait de passer, il aurait essuyé moins de critiques pour un résultat égal.

Au final, c’est donc Sébastien Ogier qui remporte pour la troisième fois consécutive le Rallye Monte-Carlo, devant ses coéquipiers Mikkelsen/Floene, et la Hyundai i20 WRC de Neuville et Gilsoul.

Le prochain rallye aura sur la neige, en Suède, du 11 au 14 février.

Photos Michelin JM Farina. Texte: Didier Laurent

[nextpage title= »Galerie Photos et vidéos »]

Galerie Photos

Photos: JM Farina.

Vidéo

[youtube]https://youtu.be/hAc5tTOTKwc[/youtube]

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire