L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Après la F1, le Grand Prix de France moto : Christian Estrosi vote circuit Paul Ricard !

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La 9e Sunday Ride Classic a remis le circuit Paul-Ricard au rythme de ses grands moments de légende de moto. Mieux, Christian Estrosi – venu en compagnie de Laura, sa rayonnante épouse -, qui a déjà réussi à ficeler le dossier du retour du Grand Prix de France F1, a lâché un prometteur « Allez, je verrais bien le retour du Grand Prix de France moto au Paul Ricard ! »
Très prometteur même, étant donné que le Président de la Région Provence-Alpes Côte d’Azur (ex-et futur ministre) a pour habitude de sortir un biscuit de sa poche seulement lorsqu’il a le paquet de galettes dans sa besace. Allo Claude Michy… Voir le diaporama de Jean-Marie Farina et Raymond Papanti, ainsi que l’interview de Christian Estrosi.

La Sunday Ride Classic, 9e du nom, mérite l’appellation consacrée de « Festival de la moto ». Elle y a été reine sous toutes ses formes pendant le week-end de Pâques au circuit Paul-Ricard. Avec ses compétitions sur le tracé de 5,8km, son Salon à ciel ouvert, ses essais routiers et ses démonstrations, de crashes aussi avec Pascal et Kévin Dragotto, son école de pilotage 4GMoto-Freddie Spencer Riding School au Driving Center, ses expositions, ses baptêmes de piste Ducati-LS2-4GM, ses pilotes et ses motos de légende qui font revivre l’ambiance des Grands Prix Moto sur le Plateau du Castellet. La preuve ? 24 000 spectateurs passionnés en ont profité sous un soleil déjà estival.

Giacomo Agostini : « Lorsque j’ai commencé à courir, je ne savais pas… »

Giacomo Agostini, 75 ans, le plus titré des pilotes en sports mécaniques, était venu fêter les 40 ans de la fin de sa carrière, mais pas dire adieu : « Je suis très heureux, a confié l’Italien. J’aime le Paul Ricard qui est un circuit fantastique et son organisation, j’y ai de bons souvenirs avec mes victoires sur les MV Agusta et Yamaha. Ici, il y a toujours beaucoup de monde, et j’apprécie de retrouver des amis.
« Physiquement je me sens bien, et je prends toujours autant de plaisir à piloter, il faudra s’arrêter un jour mais je ne sais pas quand…
« Lorsque j’ai commencé à courir, je ne savais pas que j’allais devenir 15 fois champion du monde et 18 fois champion d’Italie, signer 311 victoires et remporter 123 Grand Prix.
« Si j’étais magicien ? J’aurais la même vie… »

Après le retour du Bol d’Or et du Grand Prix de France F1
au circuit Paul-Ricard, Estrosi « verrait bien » celui du GP moto

Publié par Agenda de l'automobile sur dimanche 16 avril 2017

Quant à Christian Estrosi, ce n’est pas en qualité de Président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, ni même d’ex-et futur ministre… qu’il était aussi à la Sunday Ride Classic accompagné de Laura sa rayonnante épouse -, mais bel et bien en tant que pilote, débordant de bonheur de retrouver au sein de l’équipe BOX le guidon de l’une de ses 750 Yamaha OW31.

Et ce tigre de la politique, qui a déjà mené à bien la renaissance du Grand Prix de France F1 dès l’an prochain, et pour cinq ans au moins au circuit Paul Ricard, de se souvenir de l’époque où on le surnommait amicalement minet : « J’ai disputé ma première course moto au Circuit Paul Ricard alors que j’avais 16 ans sur une 250 Kawasaki de série. Piloter à nouveau la Yamaha 750, ce n’est que du bonheur, car c’est sans doute la moto qui m’a donné le plus de satisfactions en compétition. J’ai ressenti sans forcer les mêmes sensations. »
Puis le président Estrosi a lancé, non sans malice : « J’ai obtenu que le Grand Prix de France F1 revienne, chez nous au Circuit Paul Ricard, sur le plus beau circuit du monde. Nous avons signé avec la Région pour les cinq ans qui viennent. N’oublions pas que le Bol d’Or est déjà revenu… Allez, je verrais bien le retour du Grand Prix de France moto au Paul Ricard ! »

Des légendes vivantes, des marques, des clubs, et des livres

Des pilotes qui ont écrit quelques unes des plus belles pages de la grande histoire de la moto ont fait le succès de la fête de la 9e SRC. Nous y avons rencontré les toujours accueillantes, disponibles et humbles légendes vivantes que sont Ago et Steve Baker, Freddie Spencer, Christian Sarron, Jean-François Baldé, Hubert Rigal, Jean-Michel Bayle (en illustration), Loris Baz, Régis Laconi et Alain Michel notamment. Une trentaine de couronnes mondiales étaient au rendez-vous, où constructeurs et importateurs, concessionnaires et équipementiers – parmi lesquels les casques LS2 ont offert d’inoubliables baptêmes de piste – avaient également répondu présents.

Côté marques, Ducati, Aprilia, Harley-Davidson, KTM, Honda, Indian, Husqvarna, Moto Guzzi, MV Agusta, Royal Enfield, Yamaha étaient au cœur du Salon à ciel ouvert, et ses fameux essais routiers pour lesquels de nombreux motards étaient venus parfois de loin afin de tester leurs futures montures.

Les Clubs Suzuki, Voxan – qui a rendu hommage à Alain-Chevallier, Yamaha TZ France, Café Racer, et le désormais incontournable Moto Club Circuit Paul Ricard n’étaient pas en reste pour attirer les passionnés, toutes générations confondues.

Et la SRC a même eu des allures de salon du livre, puisque trois ouvrages y ont été présentés « My friend Ago » d’Aldo Wittemberg ; « Feel, my story » l’autobiographie de Freddie Spencer, et « Ils ont gagné sur le circuit Paul Ricard » du marseillais Eric Barthélemy.

Jean-Pierre Bonato et Stéphane Clair déjà sur l’angle de la SRC 2018

Pour Jean-Pierre Bonato, heureux inventeur et patron de la SRC, une chose est sûre : « La Sunday Ride Classic 2018 est déjà sur orbite. Le retour du Grand Prix de France F1 va redonner sa vraie dimension internationale au circuit Paul Ricard, et celle-ci bénéficiera à toutes les manifestations organisées ici.
« Nous avons déjà étudié pas mal de thèmes pour l’avenir, et nous allons faire évoluer la SRC afin qu’elle grandisse en apportant toujours autant de plaisir à ses visiteurs, aux pilotes et à toutes celles et ceux qui en font le succès ! »

Et Stéphane Clair, Directeur général du Circuit Paul Ricard, de conclure : « Tout comme au Bol d’Or, la passion de la moto est intacte au rendez-vous de la Sunday Ride Classic côté public, mais aussi chez les pilotes et tous les participants. Il s’est passé tellement de choses ici depuis 1970 qu’il n’est pas étonnant de voir le circuit Paul-Ricard retrouver le rythme de ses grands moments de légende. »

Les podiums de la 9e Sunday Ride Classic

 

Course 1 Ducati Club de France : 1. Philippe Teissier (Ducati 888) et record du tour à 140,721km/h ; 2. Frédéric Gramon (Moto-Guzzi 980) à 14’’ ; 3. Gérald Smet (Ducati 1038) à 22’’.

C2 Ducati Club de France : 1. Philippe Teissier (Ducati 888) et record du tour à 139,934km/h ; 2. Cédrick Tirton (Ducati 750) à 12’’ ; 3. Frédéric Gramon (Moto Guzzi 980) à 16’’.

C1 Protwin : 1. Jérémy McWilliams (KTM Superduke) ; 2. Michael Fudala (KTMS) à 2’’; 3. Sébastien Serra (Ducati 996) à 7’’. Record du tour,Michael Brillault (Aprilia RSV4) à 153,504km/h.

C2 Protwin : 1. Michael Brillault (Aprilia RSV4) et record du tour à 154,099kmh; 2. Jérémy McWilliams (KTM Superduke) à 2’’ ; 3. Stéphane Bovin (Proto KTM Track) à 4’’.

C1 ProClassic : 1. Denis Pignatel (Ducati 916) et record du tour à 145,402km/h ; 2. Cédric Louvel (Suzuki GSXR 750) à 0’’864/1000e ; 3. Laurent Villerégnier (Ducati 916) à 1’’.

C2 ProClassic : 1. Denis Pignatel (Ducati 916) et record du tour à 147,807km/h; 2. Charlie Corner (Kawasaki ZX7R) à 2 »; 3. Laurent Villerégnier (Ducati 916) à 3 ».

C1 ICGP (International Classic Grand Prix) : 1. Mike Edwards (Grande-Bretagne, BSR 350) et record du tour à 142,791km/h ; 2. Jean-Paul Lecointe (France, TZ G 350) à 11’’ ; 3. Ian Simpson (Grande-Bretagne, BSR 350) à 14’’.

C2 ICGP : 1. Mike Edwards (Grande-Bretagne, BSR 350) et record du tour à 142,683km/h ; 2. Ian Simpson (Grande-Bretagne, BSR 350) à 6’’ ; 3. George Hogton-Rusling (Gourlay TZ) à 18’’.

C1 Sidecar Classic : 1. Dormal-Szendroï (MR Equipe-BMW 750) et record du tour à 124,929km/h ; 2. Martineau-Denis (JCM-Honda 970) à 35’’ ; 3. Bigot-Davoust (MR Equioe-Honda 836) à 1’10’’.

C2 Sidecars Classic : 1. Dormal-Szendroï (MR Equipe-BMW 750) et record du tour à 122,033km/h; 2. Martineau-Denis (JCM-Honda 750); 3. Bigot-Davous (MR Equipe-Honda 836).

Sidecars Open : 1. Chustrac-Vias (OP2) et record du tour à 132,042km/h; 2. Bajus-Herman (OP2) à 10’’ ; 3. Lancelle-Lamarque (NC In) à 25’’.

Klass 250 GP : 1. Jarno Ronzoni (Aprilia 250 GP) et record du tour à 149,709km/h ; 2. Guy Bertin (Aprilia 250 GP) à 8’’ ; 3. Alessandro Pozzo (Yamaha 250 GP) à 20’’.

Sidecars Open : 1. Chustrac-Vias (OP2) et record du tour à 132,042km/h; 2. Bajus-Herman (OP2) à 10’’ ; 3. Lancelle-Lamarque (NC In) à 25’’.

Lire aussi : 24 mai-1er juin : EV Trophy Copenhague-Monaco

Charles-Bernard ADREANI
Photos : Jean-Marie FARINA et Raymond PAPANTI

9th Sunday Ride Classic slideshow by Jean-Marie Farina & Raymond Papanti

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire