L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai : Volvo V90 T6 AWD Inscription Luxe : changement de cap

Le constructeur suédois poursuit son offensive sur le segment du haut de gamme avec un nouveau break qui change de codes esthétiques. Le V90 continue de surfer sur la vague du XC90 et de la nouvelle berline S90 dont il partage les entrailles techniques.

Depuis le lancement du Duett, en 1953, Volvo a vendu plus de six millions de breaks à travers le monde, soit un peu plus du tiers de sa production totale. Impressionnant, surtout pour un constructeur né en 1927. Chic mais pas arrogant, technique et sécurisant, le break Volvo permet de rouler différent à celui qui ne veut pas s’afficher à bord d’un premium allemand.

Que ce soit le 221 « Amazon » en 1962, le P1800 ES en 1971, ou le 244 et son arrière carré, en 1974, beaucoup de ces modèles particuliers ont marqué leur époque. Et si le 244 a été le premier break de l’histoire à adopter un moteur turbo (alors appelé 245), le 960, lancé en 1990, a quant à lui été le dernier de la marque à recevoir une transmission aux roues arrière.

Aujourd’hui, le V90 remplace le V70, né en 2007, tout en reprenant une appellation née il y a 20 ans à l’occasion du restylage du 960. Et si le V70 constituait jusqu’alors une alternative moins démonstrative et plus accessible aux Audi A6 Avant, BMW Série 5 Touring et Mercedes Classe E Break, le V90 s’affiche comme un concurrent direct. Adieu le coffre carré et le côté décalé, bonjour la montée en gamme et la connectivité.

Quatre cylindres, 320 ch en T6

Issu de la nouvelle politique instaurée par Volvo en 2013, la palette de motorisations de la série 90 propose une architecture mécanique unique à 4 cylindres de deux litres, en essence comme en diesel. Ensuite, c’est le mode de suralimentation qui fait la différence, selon les versions : turbo pour les blocs à essence, double turbo et système PowerPulse (de l’air comprimé injecté dans le turbo basse pression pour gagner de la puissance à bas régime) sur les diesels, ou un moteur électrique de 65 kW (87 ch) ajouté sur le train arrière afin de constituer une livrée T8 hybride rechargeable.

(Pour les pièces détachées pas cher voir www.123piecesderechange.fr).

Au final, sur la base du même bloc de 1 969  cm3, le V90 pourra offrir d’ici la fin de l’année, en essence ou en diesel, jusqu’à 6 niveaux de puissance (de 150 ch à 407 ch, contre 190 ch à 320 ch actuellement),  proposer 10 versions par le jeu des transmissions, le tout agrémenté de trois niveaux de finition.

Pour le moment, la version de pointe est donc cette T6 AWD, qui culmine à 320 ch avec l’aide d’un turbo, le tout confié à une transmission intégrale et à une boîte de vitesses automatique Geartronic à 8 rapports.

[nextpage title= »Vie à bord et conduite »]

Extérieur chic, intérieur luxe

Les dimensions extérieures du V90 impressionnent : 4,94 m de long, pour 1,88 m de large (2,02 m avec les rétroviseurs) et une hauteur de 1,47 m. C’est davantage que le V70 qu’il remplace (presque 20 cm de plus en longueur !) mais dans les normes actuelles de la catégorie.

Bien dessiné, son hayon incliné le prive d’un peu de volume de chargement maximal (de 560 à 1 526 l, contre 555 l à 1 600 l à bord du V70) mais lui donne un style plus fluide. A l’avant, la nouvelle calandre est proéminente, et la montée en gamme est évidente.

De part ses aspects chics, le V90 légitime ainsi en partie son augmentation de tarif. L’intérieur est commun à celui de la berline S90, qui reprend certains des éléments de planche de bord et des équipements du XC90. Bien entendu, à bord de cette livrée de pointe Inscription Luxe, rien ne manque : climatisation multizones, sellerie cuir Nappa perforé avec chauffage, ventilation et fonction massage, navigation Europe 3D avec info trafic en live et abonnement de 8 ans pour les mises à jour, toutes fonctions de confort électriques, planche de bord cuir intégral, phares directionnels full LED… liste non exhaustive.

Par ailleurs, le V90 reçoit des dispositifs inédits, comme par exemple le système city safety, qui détecte et fait la différence entre les véhicules, les piétons, les cyclistes et les grands animaux, tout en sachant déclencher un freinage automatique d’urgence dans le cas d’un risque avéré de collision. La plus technologique des Volvo jamais commercialisée adopte également le système IntelliSafe Assist, qui comprend le régulateur de vitesse adaptatif avec un pilote semi-automatique, qui peut gérer seul les accélérations et les freinages entre 0 et 130 km/h, avec une aide au maintien dans la voie.

En revanche, pas question de lâcher le volant, car si la technologie pourrait dans certains cas le permettre, ce n’est pas encore le cas de la législation qui encadre les fonctionnalités des systèmes de conduite autonome.

Conduite sûre et agréable

Prendre la route à bord du nouveau vaisseau amiral de Volvo est assez plaisant. Le bruit moteur, déjà discret depuis l’extérieur, est bien filtré dans l’habitacle. S’agissant d’un quatre-cylindres, c’est bienvenu.

Une fois en route, même si le V90 est encombrant, sa prise en mains est relativement aisée. On trouve rapidement ses repères.

Sur l’autoroute, son terrain de jeu favori, on se sent en sécurité. Sur un tracé plus sinueux, le V90 ne manque pas de dynamisme mais sa direction n’est pas très incisive.  Sur les modèles équipés des suspensions hydrauliques et du châssis actif, une molette permet d’acquérir un peu plus de sportivité via différents modes. C’est appréciable d’autant que les 320 ch du moteur ne demandent qu’à s’exprimer.

Puissant, le V90 T6 n’a toutefois rien d’un modèle sportif, même si il abat le 0 à 100 km/h en seulement 6,1 s, et peut atteindre 250 km/h en vitesse de pointe.

[nextpage title= »Conclusion, fiche technique et photos »]

Conclusion

Le V90 est aujourd’hui le nouveau fer de lance de Volvo, et cette version T6 AWD haut de gamme démontre tout son savoir-faire en matière de technologie. Porté par une réputation sérieuse et un renouveau bien orchestré, le V90 réussit son entrée dans la cour des grands, si on excepte son manque de noblesse mécanique et le fait qu’il doive encore faire ses preuves face aux références de la catégorie, notamment allemandes.

Certains regretteront peut-être le côté challenger du V70, qui donnait un supplément d’âme au modèle. Mais ça, c’était avant.

Fiche technique Volvo V90 :

La Volvo V90 T6 AWD Inscription Luxe

Moteur : 4-cylindres turbo 1 969 cm3

Puissance : 320 ch à 5 700 tr/min ; 400 Nm entre 2 200 et 5 400 tr/min

Boîte de vitesses : automatique à huit rapports

Dimensions : 4,94 x 1,88 x 1,47 m

Poids : 1 817 kg

Pneumatiques : 245 x 45R18

Vitesse maxi : 250 km/h

Prix : 74 470 € (hors malus de 2 200 €)

Galerie photos Volvo V90 et anciens breaks Volvo:

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


2 commentaires

  1. Brousse dit :

    « le côté challenger du V70, qui donnait un supplément d’âme au modèle » : moi pas compris quoi toi vouloir dire…

  2. Pieces auto Volvo dit :

    L’évolution est toujours étonnant, le changement est évident dans le lina de la conception à la tendance plus à un modèle sportif.

Laisser un commentaire