L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Toyota PRIUS +

Rouler + pour consommer moins

Spacieux, volumineux et offrant 7 places, le Prius+ est le premier monospace full hybrid au monde. Avec ses rejets de CO2 digne d’une citadine (96 g/km) et une technologie qui séduit les pouvoirs publics, ce nouveau membre de la famille Toyota obtient logiquement 2.000 euros de bonus écologique. La technologie « verte » de Toyota s’adresse donc à une clientèle plus familiale que jamais.

Un membre de plus dans la famille

C’est en arrivant à l’aéroport de Vienne que nous avons découvert notre Prius+ qui nous attendait pour deux demi-journées d’essais sur les routes bucoliques de la campagne autrichienne. Un petit détour par Bratislava, juste de l’autre côté de la frontière slovaque, nous permettra aussi de juger cette nouvelle Toyota hybride dans les rues d’une grande ville.

Mais commençons par un petit retour chiffré sur la saga « hybride » du constructeur japonais. En 1997, la Prius est la première voiture de série à combiner un moteur thermique et un moteur électrique. Après des débuts laborieux, les statistiques sont désormais là pour prouver que Toyota avait vu juste. Depuis 15 ans, quatre millions d’hybrides de la marque ont été vendues dans le monde et rien qu’en France, 53.000 personnes se sont converties à cette motorisation dîte écologique.

Jusqu’à présent, le parc roulant du constructeur japonais a permis une diminution de plus de 25 millions de tonnes de CO2. Et en développant sa gamme Prius, Toyota va contribuer un peu plus à abaisser ces émissions. Ainsi, le Prius+ vient compléter une famille qui comprend déjà la Prius III, l’Auris Hybride et la Yaris Hybride. Sans oublier qu’en septembre, la Prius rechargeable fera son apparition sur le marché.

7 personnes en balade

Le monospace Prius+ arrive donc pour combler un vide. Plus spacieux et offrant plus d’espace, il peut accueillir jusqu’à 7 personnes sur 3 rangées de sièges. Et bien sûr, il enregistre les meilleures performances environnementales de la catégorie. Notamment grâce à un Cx de seulement 0,28.

La silhouette triangulaire ne plaira pas forcément à tout le monde mais, elle est caractéristique de la famille Prius. Les ingénieurs ont travaillé particulièrement sur les lignes aérodynamiques pour lui assurer une faible consommation mais aussi une bonne stabilité et une quiétude sonore. A l’avant, les feux effilés rappelle parfaitement la Prius 3e du nom. Par rapport à cette dernière, le Prius+ gagne 135 mm en longueur, 30 mm en largeur et 85 mm en hauteur. L’empattement est rallongé de 80 mm pour permettre à 7 personnes de prendre place sur les 3 rangées de sièges. Pour être honnête, la dernière rangée servira surtout de sièges d’appoint pour des trajets courts même si le confort y est supérieur à bien d’autres monospaces du marché. Les enfants pourront heureusement y rester plus longtemps sans trop souffrir du manque de place. Les familles apprécieront surtout la modularité de l’habitacle car au second rang, les trois sièges coulissent, s’inclinent et se plient indépendamment. Et au 3e rang, ils se rabattent aussi séparément au niveau du plancher et peuvent s’incliner de 33°.

Même avec 7 personnes à bord, le Prius+ offre un coffre de 232 litres dont 60 litres sous le plancher du coffre. Lorsque la dernière rangée est rabattue, la capacité grimpe à 740 litres. Un chiffre qui atteint les 1750 litres de contenance maximale avec les deux rangées rabattues. Très pratique, la hayon vertical facile les opérations de chargement et de déchargement.

Une fois à bord, on remarque tout de suite un design nouveau. Et si la console centrale peut sembler volumineuse pour un faible espace de rangement c’est tout simplement parce qu’elle renferme une inédite batterie à l’ion lithium (Li-ion) ! L’affichage au centre de la planche de bord donne une belle impression d’espace et c’est toujours appréciable dans ce type de véhicule.

Soif de chameau

Grâce à un énorme travail effectué sur les moindres détails, le Prius+ ne prend que 125kg par rapport à une « petite » Prius classique. Niveau consommation, on s’approche de la mention très bien. Toyota annonce un 4,1 litres de moyenne aux 100 km en cycle mixte et durant notre parcours, nous avons mesuré une moyenne de 4,9 litres. Et nous n’avons pas toujours roulé selon les règles de l’éco-conduite puisqu’il fallait bien essayer l’auto dans toutes les conditions.

Au volant de ce monospace full hybrid, on s’habitue très vite au système. En appuyant gentiment sur l’accélérateur, le Prius+ évolue grâce au seul moteur électrique. Et dès que nécessaire, le moteur thermique 1,8 litres de 99 chevaux se met en marche sans donner le moindre à-coup. Le groupe motopropulseur Hybrid Synergy Drive atteint, comme sur la Prius, une puissance maximale de 136 chevaux. Le 0 à 100 km/h s’abat en 11,3 secondes et la vitesse maxi est officiellement de 165 km/h.

Maudite transmission

Sur route, le Prius+ n’est pas, il faut bien le dire, des plus agréables à conduire. Confortable et assez dynamique (pour un monospace), il a pour principal défaut une transmission à variation continue pilotée électriquement (E-CVT) qui pousse le moteur thermique dans un emballement bruyant dès qu’un besoin de puissance se fait sentir. Les relances sont suffisantes lorsqu’on appuie à fond sur la pédale d’accélérateur mais, il reste une désagréable impression de « ne pas avancer » et surtout, de faire hurler à la mort ce pauvre moteur essence qui n’en demandait pas tant. Et encore, précisons que nous n’étions que deux à bord et sans bagages…

En ville, c’est heureusement bien différent puisque le moteur électrique permet de rouler dans un silence total jusqu’à 70 km/h (en mode EV) et sur 2 kilomètres voire plus à condition d’avoir la batterie chargée « à bloc » et d’être très très doux avec l’accélérateur. C’est donc dans ces conditions que le Prius+ consomme le moins et émet le moins de CO2. Dès le démarrage, et si le mode Normal est enclenché, la voiture fonctionne automatiquement en mode EV, c’est à dire sur le seul moteur électrique. A l’usage, c’est non seulement agréable, économique mais aussi ludique puisqu’on se prend facilement au jeu d’essayer de rester le plus longtemps possible sur l’électrique.

Au final, le Prius+ reprend les bases solides d’un succès déjà confirmé. On comprend pourquoi, d’ici à début 2013, le constructeur japonais vise les 5 millions d’hybrides dans le monde. En France, Toyota a déjà enregistré plus de 500 commandes de Prius+. Et le constructeur projette d’en vendre 1500 d’ici la fin de l’année. Grâce au bonus écologique de 2.000 euros, il s’affiche en réel concurrent des monospaces compacts diesel concurrents puisqu’il est proposé à partir de 29.000 euros (bonus déduit) en finition Active.

Quelques chiffres :

Consommation mixte : 4,1l/100km

Emissions de CO2 en cycle mixte : 96 g/km

Puissance maximale : 136 ch

Vitesse maxi : 165 km/h

0 à 100 km/h : 11,3 secondes

Poids : 1495 kg

Texte et photos : JMS

 

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire