L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Renault Talisman Estate : orientation premium

En matière de break, il y a en général deux catégories : ceux qui vous offrent une véritable soute à bagages pour charger beaucoup de choses – ce qui est la vocation première première de ces voitures – et ceux qui abandonnent quelques décimètres cubes sur l’autel de l’esthétique.
La Renault Talisman vise cette seconde catégorie, mais ne lui sacrifie pas tout…

Avec le 4 Control, la maniabilité s’ajoute à l’habitabilité

essai-talisman-estate1Tout comme la berline essayée ici, la version break de la Talisman bénéficie d’un châssis « aux petits oignons », qui marie le confort en usage « bon père de famille » et l’agilité quand on s’amuse sur des routes secondaires.

Pour arriver à leurs fins, les ingénieurs de Renault ont a nouveau installé le système 4 Control que nous avions découvert avec plaisir sur l’ancienne version restylée.

« Comment ça marche ? » dirait Michel Chevalet… C’est très simple. Le système 4 Control est actif en permanence.

En dessous du seuil de 50 km/h en mode confort, 60 km/h en mode neutre et 80 km/h en mode sport, les roues arrières braquent dans la direction opposée aux roues avant, avec une amplitude maximale de 3,5 degrés, au profit de l’agilité.

Au-dessus de ce seuil, les roues arrière braquent dans le même sens que les roues avant au profit de la stabilité. On profite alors des avantages d’un long empattement, bénéfique pour l’habitabilité, sans en avoir les inconvénients en terme de maniabilité.

Encore des efforts à faire en matière de finition

Nous le répétons depuis quelques temps, si le nouveau design de Renault a fait beaucoup de bien aux habitacles de la marque, il reste des efforts à faire en matière de finition.
C’est dommage car les progrès sont là, surtout avec cette version dite « haut de gamme » Initiale Paris, dont la qualité des matériaux  s’est améliorée par endroits comme, par exemple, au niveau des sièges ou de la partie haute de la planche de bord. Mais certains plastiques, surtout dans la partie basse, sonnent creux et quelques ajustement pourraient être mieux réalisés.

L’habitacle de la Talisman est cependant accueillant. L’espace disponible à bord permet à quatre adultes de se sentir à l’aise, et le pavillon de toit qui descend ne gêne pas les têtes. En revanche, la hauteur des fenêtres peut gêner des enfants pour lesquels une partie du paysage est « coupé ».

[nextpage title= »Volumes en hausse. »]

Volumes de chargement en hausse 

essai-talisman-estate8Par rapport à sa devancière, la Laguna Estate, la Tasliman offre un volume de chargement en progression avec un coffre qui passe de 508 à 572 avec les banquettes relevées et la plage arrière en place.

Une fois cette dernière retirée et les banquettes rabattues, on atteint 1700 litres contre 1593 par le passé. Des chiffres qui lui permettent de faire jeu égal avec la 508 (512 à 1598 litres) mais qui la laisse loin de la Passat (de 650 à 1780 litres). De plus, cette dernière mesure 4,77 mètres de long contre 4,86 pour notre modèle d’essai.

Moteurs : le dCi 160 EDC Twin Turbo à l’essai

La gamme des moteurs se compose d’un dCi 110 chevaux (260 Nm de couple disponible dès 1 750 tr/min), d’un dCi 130 chevaux (320 Nm de couple disponible dès 1 750 tr/min), d’un dCi 160 chevaux EDC Twin Turbo (380 Nm de couple disponible à 1 750 tr/min), d’un TCe 150 chevaux EDC (220 Nm de couple disponible dès 2 500 tr/min) et enfin d’un TCe 200 chevaux EDC (260 Nm de couple disponible dès 2 500 tr/min).

C’est la version diesel la plus puissante à ce jour que nous avons pu tester, avec le moteur dCi 160 chevaux équipé de la boite EDC. Le couple généreux convient très bien à la vocation de ce break, même si nous avions préféré la version essence lors de notre essai de la berline.

Les consommations sont très raisonnables et nous avons relevé 6,2 litres au 100 en moyenne avec un conduite respectueuse des limitations de vitesse.
La boite EDC à 6 rapports n’est pas la plus performante du marché mais elle apporte un réel plus en conduite quotidienne. Douce et rapide, elle est la seule disponible de série, il est donc plus facile pour nous de vous la conseiller…

Technologie embarquée : pas d’ergonomie intuitive

On retrouve à bord de la Renault Talisman Estate le même système embarqué que celui de la berline. Une essai-talisman-estate7utilisation plus longue nous conforte dans l’idée que l’ergonomie n’est pas intuitive.

Notre essai a duré plusieurs jours, ce qui nous a donné l’idée rémunératrice d’ubériser la belle, et d’embarquer un bataillon de majorettes jusque dans le coffre… Mais nooon !

Pour passer du GPS au choix des radios, par exemple, il faut faire plusieurs manœuvres et on quitte la route des yeux si on ne se sert pas du système satellite au volant. De simples boutons de raccourcis placés sur le coté de l’écran, regroupant les fonctions essentielles comme le GPS, le son, l’ordinateur de bord ou encore la climatisation, seraient un plus. Mais visiblement les designers ont gagné sur ce point !

[nextpage title= »Conclusion et photos »]

Conclusion : difficile de lutter avec la Volkwagen Passat…

Affichée au prix de le 43 620 euros, dont 720 euros de peinture métalisée, la Renault Talisman Estate Initiale Paris joue dans la cour des autos « Premium » comme la Passat. Et son rapport prix/équipement est plus intéressant.
Toutefois, des détails de finition l’empêchent de lutter à armes égales. Elle réussit cependant à conjuguer un style élégant et de bonnes capacités de chargement.

Philippe HORTAIL
Photos : Renault

La Renault Talisman Estate Initiale en photos

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire