L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Renault Espace : Renault change tout, sauf le nom

« Le nouveau Renault Espace est un crossover généreux dans ses proportions, sa technologie, ses équipements et les émotions qu’il offre à bord. Il est une invitation à profiter du voyage pour le conducteur et ses passagers. »  C’est par ces mots, issus du dossier de presse de Renault, que Laurens van den Acker, Directeur du Design Industriel de Renault, s’exprime au sujet de la dernière nouveauté du constructeur au losange. On a vérifié…

Essai-Renault-espace-V-diesel-essence-19

L’Espace n’est plus le luxe

Renault a été très clair sur ce point : l’Espace n’est pas une voiture qui a pour vocation à aller concurrencer les marques premium allemandes. Il est « le haut de la gamme Renault » et pas un véhicule haut de gamme. La nuance est importante et en cohérence avec le produit qui, en raison de son offre de moteurs et de sa finition, ne peut pas lutter face à un Active Tourer de chez BMW par exemple. Mais l’Espace ne manque par d’arguments pour séduire !

En rupture

Essai-Renault-espace-V-diesel-essence-25L’ancien Espace était un grand monospace. Mais ce segment souffre et si Ford, avec le S-Max testé ici, persiste, il se retrouve un peu seul car Renault a choisi de positionner différemment le nouvel Espace en lui donnant un look de crossover qui n’est pas sans rappeler celui de l’Avantime de profil (ça tombe bien, j’ai toujours aimé ce modèle.) Du coup, ce choix est unique sur le segment et l’équipe du design a opté une prestance et une ligne fluide. Ils ont « crossoveriser » l’Espace.

Les grandes jantes (de 17 à 20 pouces) contribuent au look de l’ensemble mais risquent de peser lourd dans le budget d’entretien au-delà de 17 pouces. Si on prend en compte l’engouement des clients pour les crossover, il y a fort à parier que le succès devrait être au rendez-vous sur ce point.

Original

L’extérieur séduit… et l’intérieur aussi. Si la présentation de l’Espace avait lieu dans un aéroport Essai-Renault-espace-V-diesel-essence-20militaire, c’est sans doute pour faire un clin d’oeil à son inspiration aéronautique : le montant de custode arrière dessine la forme d’un empennage d’avion, le levier de vitesses stylisé évoque une commande de type aviation et le dessin de la planche de bord s’inspire de la section d’une aile d’avion. Les guides de lumière apportent une touche d’originalité (même si on trouve déjà cela chez BMW par exemple) et souligne les formes de l’habitacle.

La grande tablette tactile R-Link 2 avec son écran de 8,7 pouces demande un temps d’adaptation et par moment, on aimerait avoir un simple bouton pour monter le son par exemple ou pour accéder directement à la climatisation. Une fois en mains, elle se montre réactive, rapide et permet de paramétrer beaucoup de choses. La navigation représente en 3D des bâtiments, la reconnaissance vocale permet de piloter la navigation et le téléphone, la lecture des e-mails est prise en charge et le téléphone et le streaming audio bénéficient de la connexion Bluetooth. Renault a mis le paquet sur les connexions:  1ère rangée : 2 USB, 1 jack 3,5 mm, prise 12V sous la console + 1 carte SD sur la console, 2ème rangée : 2 USB, 1 jack 3,5 mm et prise 12V et 3ème rangée: prise 12V.

Il est même possible de commander l’effacement de tous les sièges arrière à partir du R-Link 2. Belle transition pour parler de modularité…

[nextpage title= »Modularité,  moteurs et Initiale Paris »]

Modularité

Essai-Renault-espace-V-diesel-essence-29Les propriétaires de l’ancien Espace vont être contents : ils ne seront plus obligés de manipuler de lourds sièges (et de les laisser dans leur garage…) pour avoir un plancher plat afin de bénéficier d’une capacité de chargement totale. Il leur suffit d’appuyer sur des boutons pour les voir disparaitre, tous ou individuellement, totalement dans le plancher grâce à la modularité One-Touch. Trois solutions existent pour réaliser la manipulation : directement sur chaque siège par un levier, depuis l’écran R-Link 2 ou depuis le compartiment à bagages.

Notre version d’essai, en finition Initiale, offre un intérieur cuir et un toit panoramique qui donne à l’Espace un statut de voiture haut de gamme. Mais certains détails de finition (caches de vis sur les portes, plastiques durs) fâchent un peu.

Moteurs

L’Espace est disponibles avec trois motorisations pour le moment qui l’empêchent de concurrencer les marques allemandes en raison de leur manque de puissance eu égard au poids. On commence par l’Energy dCi 130 chevaux (diesel) disponible avec la boîte de vitesses manuelle à 6 rapports pour lequel Renault annonce une consommation de 4,4 l /100 km et ses émissions de 116 g/km CO2. Même s’il est plus léger de 250 kg, le nouvel Espace affiche encore un poids de plus de 1620 kilos. Du coup, il passe de 0 à 100 km/h en 10,7 secondes, pointe à 191 km/h et franchit la borne du 1000 mètres départ arrêté en 32,4 secondes.

On poursuit avec l’Energy dCi 160 EDC Twin Turbo, un diesel fort de 160 chevaux et on finit avec l’Energy TCe 200 EDC qui affiche 200 chevaux (essence). Et pour vous aider à faire votre choix entre les deux versions, nous vous invitons à découvrir notre comparatif.

Initiale Paris.

L’Espace est le « haut de la gamme Renault » et la marque utilise sa griffe Initiale Paris pour Essai-Renault-espace-V-diesel-essence-32hausser encore plus le niveau de prestation de son « crossospace ». Pour cela, le constructeur au losange lui offre une teinte extérieure exclusive Noir Améthyste et des jantes de 19 pouces, dont le design est inspiré de la Tour Eiffel (?). Cette finition n’est pas disponible en dCi 130.

A l’intérieur, on trouve une Sellerie cuir Nappa pleine fleur au choix Brun Foncé ou dégradé de couleur Gris Lune / Brun Foncé. Le volant, les contre-portes et les accoudoirs sont recouvert de cuir nappa et le tableau de bord est gainé et reçoit des surpiqûres. Les sièges avant sont électriques, chauffants et massants. Cette dernière fonctionnalité de nous a pas parue indispensables.

Pour signifier la différence, Renault remplace le nom Espace par Initiale à l’arrière. On retrouve le logo sur les seuils de porte, l’insert du volant, l’embossage sur le haut du dossier des sièges avant et les baguettes sur l’arrière des appuis-tête avant.

Les mélomanes apprécieront le Système audio signé Bose. L’alerte de franchissement de ligne, la commutation automatique des feux route / croisement, l’alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation, avertisseur d’angle mort, l’alerte de distance de sécurité et le système de freinage actif d’urgence font aussi partie de la panoplie.

Renault souhaite aller plus loin dans sa démarche commerciale et si Tous concessionnaires et agents pourront commercialiser les versions Initiale Paris, seules certaines concessions recevront ce label. Pour cela, elles devront répondre à un cahier des charges précis : présenter et proposer à l’essai un véhicule Initiale Paris, disposer d’un lieu dédié, aller chercher et ramener la voiture, mettre un véhicule de courtoisie à disposition et réaliser un lavage complet intérieur et extérieur du véhicule restitué.

[nextpage title= »conclusion et photos »]

Conclusion

Le nouveau Renault Espace prend un virage important pour se relancer et se retrouve seul sur son segment. Il se positionne en haut de la gamme Renault sans pour autant prendre de front les marques premium allemandes et offre une bonne alternative. Les prix commence à 34 200 euros en version Life Energy dCi 130 BVM (5 places) et il faut compter 46 300 euros pour un Espace Initiale Paris Energy Tce 200 EDC  (7 places – version testée).

On aime

La ligne

La finition Initiale Paris

Le positionnement

On aime moins :

Les motorisations

Certains détails de finition.

Texte et photos : Philippe HORTAIL

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


4 commentaires

  1. Renault Espace : dCi 160 ou TCe 200, lequel choisir ? dit :

    […] cours de notre essai du nouveau Renault Espace, nous avons eu l’occasion de tester deux des trois motorisations disponibles : le diesel fort […]

  2. Lolaux dit :

    Mais que c’est moche, cela ressemble a un 5008 de peugeot!!!
    Pouquoi?
    Dedans, dehors a éviter. il y a bien mieux a faire.
    Dommage

  3. Essai Renault Kadjar 130 dCi 4X4 : enfin ! dit :

    […] Captur avait ouvert la voie. Kadjar la prolonge (il sera vendu en Chine en 2016) et Koleos, qui se positionnera au-dessus du dernier né, le fera aussi. Mais ils le font avec un certain retard sur la concurrence. Mieux vaut tard que jamais et l’ambition affichée est d’aller chercher le 3008 de Peugeot, leader du segment. Pour mener à bien cette nouvelle aventure, Renault mise sur un design plaisant, avec une face avant que l’on commence à bien connaître (et qui permet de dire, au premier coup d’oeil, que l’on est face à une Renault). Le Kadjar reçoit la nouvelle signature lumineuse en forme de « C » que l’on a découvert il y  peu sur sur le nouvel Espace (voir essai Renault Espace). […]

  4. Talisman: le bijou magique de Renault dit :

    […] des SUV/crossover avec le Captur et le Kadjar (voir essai Kadjar), et le nouvel Espace (Renault Espace Mondial de Paris), place à la berline « luxe » de la marque au losange. Les nom des modèles […]

Laisser un commentaire