L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Mitsubishi Eclispe Cross à transmission intégrale S-AWC

Présenté sous la forme de deux concept cars (XR-PHEV en octobre 2013 et XR-PHEV II en mars 2015), et dévoilé au salon de Genève 2017, voici enfin le dernier né des SUV de chez Mitsubishi, appelé Eclipse Cross et équipé de la transmission intégrale S-AWC.

« Nous, nous faisons de vrais SUV, pas des SUV marketing »

Chez Mitsubishi, la transmission intégrale c’est une tradition qui remonte à 1936 avec la PX33 et qui a permis de gagner 12 fois le Dakar et cinq fois le titres en championnat du monde des rallyes.
La technologie S-AWC qui équipe l’Eclipse Cross  (Super All Wheels Control ou super contrôle de toutes les roues) est l’aboutissement de ces années d’expérience. Ce sytème est conçu pour gérer les forces de traction et de freinage exercées sur les quatre roues, notamment par la régulation de la répartition du couple entre les roues gauches et droites. Le S-AWC offre une répartition du couple avant/arrière standard de 80/20% pouvant être ajustée en continu jusqu’à un maximum de 55/45% AUTO, 45/55 en mode Neige et 40/60 en mode Gravier-Boue.

 En mode pilotage, que vaut le S-AWC ?

Il est dommage qu’avec un système aussi évolué il ne soit pas permis au conducteur de pouvoir paramétrer lui-même, par exemple, la répartition de la distribution de couple entre l’avant et l’arrière ou la réponse de l’accélérateur à la remise des gaz. Mais selon Mitsubishi, le système est plus efficace que vous et moi (enfin surtout moi !).

Par conséquent, au moment de m’engager sur le circuit tracé sur un lac glacé en Norvège,  j’ai choisi le mode « neige ». Comme toujours lorsqu’on conduit sur la glace, il faut être patient et anticiper les mouvements de la voiture. Une fois le nez inscrit en direction de la corde (bien avant le virage !) on attend que le transfert de masse fasse pivoter la voiture. Quand on sent que le survirage est présent, il faut reprendre les gaz et laisser faire la transmission qui s’occupe de tout. En l’Eclipse Cross s’extrait de la courbe avec plus ou moins de grâce en fonction de votre talent (la transmission intégrale ne peut tout faire pour vous).

Cependant, j’ai trouvé que la réactivité à la remise des gaz n’était pas assez rapide. Notre moniteur et hôte du jour nous a alors avoué que le mode gravier était plus adapté pour un tel usage car le mode neige induit une gestion plus « tranquille » de la transmission. Et c’est vrai qu’ainsi réglé on prend plus de plaisir grâce à un couple renvoyé à 60% sur l’arrière (contre 55 en mode neige).

Il convient aussi de préciser que, lors d’un usage intensif sur le circuit, par -10° environ, nous avons été confrontés à un problème de surchauffe de la transmission… qui a nécessité de laisse reposer le système S-AWC. C’est ballot.

Eclipse Cross, un SUV coupé

On peut regretter que Mitsubishi ait choisi de ne pas conserver le design du concept-car XR-PHEV II, car il offrait un look plus sportif et une ligne plus proche de celle d’un SUV-coupé.
Eclipse Cross dispose d’une seule motorisation en France, avec le 1.5 MIVEC 163 chevaux. Ce petit moteur permet de passer de 0 à 100km/h en 9,8 secondes et d’afficher une vitesse maximale de 200 km/h (données constructeur).
La boite CVT est à 8 rapports. Toutefois, comme toute solution technique de ce type, elle pénalise l’agrément de conduite.

Le confort à bord est dans la moyenne de la catégorie.
Le moteur sait se montrer discret et les technologies embarquées – systèmes anticollision, d’alerte de franchissement de ligne, de surveillance des angles morts et alerte de circulation transversale arrière, régulateur de vitesse adaptatif, projecteurs avec permutation automatique, moniteur panoramique avec vue « aérienne », Touchpad Controller » (commande par pavé tactile) Apple Car Play, écran tactile de 7 pouces – positionnent le dernier né Mitsubishi parmi les meilleurs de sa catégorie.
On regrette des détails de finition comme l’entourage autour du l’écran tactile.

Conclusion

Proposé à partir de 24 990 euros TTC en version 2 roues motrices et 35 990 euros TTC, la Mitsubishi Eclipse Cross arrive sur un marché concurrentiel avec des arguments intéressants. Bien équipé, confortable, il peut miser sur une transmission intégrale efficace. Il aurait pu bénéficier d’un look plus affirmé issu des concept-cars.

Texte et photos : Philippe HORTAIL

On a aimé
Le confort
Le S-AWC en mode gravier sur la neige 🙂
Le moteur volontaire

On a moins aimé
Certains détails de finition
La consommation par grand froid
La surchauffe de la transmission en usage intensif

La galerie photos Mitsubishi Eclipse Cross de L’Agenda de l’Automobile

A LIRE AUSSI 

Essai – Mitsubishi Lancer Evo X

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Un commentaire

  1. Bod66 dit :

    Accessoirement, un petit mot sur le malus ?

Laisser un commentaire