L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Lexus NX : étonnant par essence

Intro

Alors que les SUV de taille moyenne roulent dans leur immense majorité au gazole, Lexus propose avec son NX une alternative hybride/essence pour un tarif et un coût de détention inférieurs. Apparu en 2013, en deux phases sous la forme d’un concept-car (appelé LF-NX) à l’occasion des salons de Francfort puis de Tokyo, le NX est un SUV qui vient se positionner sous le grand RX (4,63 m contre 4,77 m de long) et concurrencer les Audi Q5, BMW X3 et Mercedes GLK.

Essai Lexus NX 29

D’un design très dynamique, notamment en version F-Sport, avec cette face avant très agressive, il dégage d’emblée une impression de sportivité mais suggère également une qualité de construction de haut niveau.

Essai Lexus NX 10En approchant de la voiture, les poignées de porte, dont les serrures sont invisibles, s’illuminent et la clé peut rester dans la poche du propriétaire. Le NX reconnaît son maître. Puis, en ouvrant la porte, surprise : le design de la planche de bord ne ressemble à rien de ce qu’on connaît jusqu’alors. Que le style plaise ou non, les touches futuristes distillées par le look extérieur trouvent leur prolongation à l’intérieur.

Lorsqu’on se livre à un examen plus précis, une première déception survient : la prise en mains est assez compliquée, certaines commandes manquent d’intuitivité et le pad qui permet de naviguer sur le grand écran couleur (8 pouces) demande un certain temps d’adaptation.

Certes, on devient plus familier avec ce pavé tactile au fil des kilomètres. Mais une marge de progression subsiste sur ce point et la remarque vaut pour le système de navigation que l’on attend plus performant à bord d’un nouveau modèle si moderne par ailleurs.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire