L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

81e Bol d’Or : Yamaha gagne, mais au Ricard la star c’est Lucy Glöckner !

Sa troisième couronne de championne du monde d’endurance à peine coiffée au Japon, l’équipe GMT94 de Christophe Guyot  l’a baptisée de la meilleure façon qui soit avec une deuxième victoire au 81e Bol d’Or, qui lançait ce week-end sur le circuit Paul Ricard de 5,8km la saison 2017-2018 .
Ni la pole position de Kawasaki, ni l’expérience de Suzuki, ni l’attaque à outrance des Honda, ni les safety cars, pas plus qu’une panne d’essence et un stop and go notamment, ne sont venus à bout de la rage de vaincre Yamaha YZR-R1 du trio David Checa-Nicolo Canepa-Mickael Di Meglio.
Mais la star du week-end restera la pilote allemande Lucy Glöckner (BMW) qui a livré un impitoyable duel u finish à Sébastien Gimbert (Honda). Voir le slideshow de l’équipage composé de Jean-Marie Farina
et Raymond Papanti. 

Tout comme les deux précédentes éditions du Bol d’Or du renouveau sur le Circuit Paul Ricard, celle-ci a été extrêmement disputée. Ce qui augure d’un championnat du Monde FIM EWC (Championnat du monde d’endurance de la Fédération Internationale de Motocyclisme) 2017-2018 très ouvert.

Les 68 000 spectateurs ont apprécié, sous un soleil resplendissant, les bagarres sur le Circuit Paul Ricard de 5,8km des 59 motos qualifiées. Elles furent d’un tel niveau que 29 seulement ont franchi la ligne d’arrivée.
Poussées à fond, près de 50% ont vu leur mécanique rendre l’âme, ou leurs pilotes subir des sorties de piste sans retour.

Pour le Team GMT94 Yamaha, ce ne fut pas un long fleuve tranquille…

Christian Estrosi, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, était présent samedi et, après avoir arpenté les allées du Village du Bol d’Or, il a donné le départ de ces 24 heures d‘affrontements qui n’ont été un long fleuve tranquille pour personne.

Surtout pas pour la Yamaha N°94 partie depuis la 6e place sur la grille, avec un chrono à une bonne seconde de la pole position. Celle-ci ayant été signée à plus de 176km/h par Randy de Puniet (Team SRC Kawasaki) aux commandes d’une ZX 10R dont il partageait le guidon avec Mathieu Gines et Fabien Foret.

Mais une fois encore, Kawasaki allait manquer de fiabilité, tandis que le Suzuki Endurance Racing Team qui restait sur une victoire en Provence n’était semble-t-il pas dans un bon week-end avec sa nouvelle monture.
Longtemps, on a cru que le retour de Honda France en championnat du monde d’endurance allait se solder par un exploit de la #5, mais une chute de l’azuréen Alan Techer réellement trop pressé à l’entame d’un relais, réduisait à néant le leadership de la nouvelle équipe FCC-TSR-Honda France.

Dès lors, chemin faisant, malgré un « stop and go » pour franchissement de ligne blanche à l’entrée des stands, puis des interventions du safety car peu favorables, et enfin une panne d’essence, le GMT94 Yamaha quittait la tête de la course, puis la reprenait, la perdait à nouveau et s’y installait définitivement. L’important était d’y croire !

Lucy Glöckner (BMW)-Sébastien Gimbert (Honda) : l’ultime duel au sommet

Stéphane Clair, Directeur général du circuit Paul Ricard, est allé féliciter la jeune pilote allemande Lucy Glöckner (BMW) à l’issue de son mémorable mano à mano avec Sébastien Gimbert (Honda) pendant son dernier relais, et jusque dans l’ultime tour où ils se sont doublés à deux reprises.

En fin de course, la pilote Lucy Glöckner de Team BMW privé Völpker NRT48 Schubert Motors By ERC IVRacing, a assuré le spectacle en se battant pour la 3e marche du podium comme une diablesse aux commandes de sa BMW S1000RR face au redoutable pilote officiel Honda Sébastien Gimbert.

Hélas, à bout de souffle, après un mano à mano historique dans l’ultime tour de ce duel au sommet, l’allemande qui disputait son premier Bol d’Or, a échoué pour 989/1000e de secondes sur la ligne d’arrivée au terme des deux tours d’horloge menés au tythme d’un course de vitesse, à plus de 165km/h.
Qu’importe, le public a élu dans son coeur Lucy star du 81e Bol d’Or en lui faisant une sublime ovation, et Stéphane Clair, le Directeur général du circuit Paul Ricard, a même tenu a sécher ses larmes et à la réconforter.

On se souviendra sûrement longtemps de la bataille de la #48, et du fait que la surprise de ce Bol est également venue des résultats de deux des BMW, principalement de celle du Team Wepol BMW Motorrad by Penz 13.com, 2e à l’issue d’une course sage en apparence.

« Nous sommes très contents, a commenté le talentueux Markus Reitenberger, qui accompagnait les deux débutants en Endurance, Alessandro Polita et Danny Webb. Nous sommes partis de la 11e place puis nous nous sommes retrouvés quatorzième à la suite d’un problème moteur. Nous sommes ensuite remontés pour terminer deuxièmes. »
Notons enfin que l’’équipage cent pour cent féminin Girls Racing Team s’est classé 19e.

Les performances des manufacturiers en pneumatiques

Pour la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme) et Eurosport Event le promoteur du championnat, « l’Endurance est une discipline exceptionnelle à facettes multiples. Le championnat du monde FIM EWC se nourrit des exploits des pilotes, des équipes, des machines et aussi des manufacturiers pneumatiques. La démonstration en a été faite au Bol d’Or. La Kawasaki SRC chaussée par Pirelli a dominé les qualifications, décroché la pole position et enregistré le meilleur tour en course. Pirelli est aussi présent sur la deuxième marche du podium avec Wepol BMW Motorrad Team by Penz13.
Officiellement présent en FIM EWC depuis 2016, Bridgestone a constamment animé la tête de course avec le F.C.C. TSR Honda France. Après avoir bagarré durant plus de 17 heures au Bol d’Or, l’équipe japonaise s’est installée au commandement dimanche matin sur le circuit Paul Ricard.
Dunlop nous a fait vibrer durant les 8 premières heures de course grâce au duel entre leSuzuki Endurance Racing Team et le GMT94 Yamaha et décroche aussi la victoire. Dunlop monte sur la plus haute marche du podium au Bol d’Or avec le GMT94 Yamaha mais aussi sur la troisième avec le Honda Endurance Racing. »

Les quatre japonais et BMW donnent le ton

Le FIM EWC est donc très ouvert entre les manufacturiers pneumatiques. Il s’ouvre aussi côté constructeurs : Yamaha s’impose à l’arrivée mais avec la deuxième place du Wepol BMW Motorrad Team by Penz13 et le Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC au pied du podium, BMW (57 points) prend la tête du classement constructeur devant Yamaha (50 points) et Honda (47 points). Suzuki et Kawasaki enregistrent 28 points.

Pour François Ribeiro, patron d’Eurosport Events et promoteur du FIM EWC : « Ce Bol d’Or a permis de mettre en valeur, pour la première fois sur une épreuve de 24 heures, tout le potentiel des nouvelles machines engagées par Honda et par Suzuki. Les nouvelles CBR1000RR et GSX-R 1000 ont démontré qu’elles sont désormais de redoutables adversaires face aux Yamaha, BMW et Kawasaki. L’intensification de la compétition entre les manufacturiers pneumatiques est aussi un signe très positif.
« Cette concurrence participe à l’élévation du niveau technique et sportif du FIM EWC. Avec la pole position et le meilleur tour en course, Pirelli avait manifestement amené des produits très performants au Paul Ricard pour le Team SRC Kawasaki. Pour la première fois sur une course de 24 heures, Bridgestone était en tête à quatre heures de l’arrivée avec F.C.C. TSR Honda France mais c’est l’association Dunlop-GMT94 Yamaha qui a montré la plus belle consistance à très haut niveau sur cette course difficile et très rapide, après 3 955 km parcourus. L’EWC doit rester une plateforme où chaque constructeur et manufacturier doit pouvoir démontrer la valeur de ses produits, de la course à la production. Des courses difficiles et exigeantes comme le Bol d’Or sont une formidable vitrine pour leur technologie. »

La victoire en Superstock au Tati Team Beaujolais Racing

En Superstock, la Yamaha Viltaïs Experience championne du monde en titre n’a pu poursuivre sa série victorieuse et c’est la Kawasaki du Tati Team Beaujolais Racing qui l’a emporté après « une course parfaite » comme l’a souligné le team manager Patrick Enjolras. En deuxième position, la Kawasaki Team 33 Accessoires-Louit Moto devance sur le podium la Suzuki du Junior Team Le Mans Sud.

Tous les podiums du week-end du 81e Bol d’Or au Circuit Paul Ricard

Bol d’Or : 1. David Checa, Nicolo Canepa et Mickael Di Meglio (Yamaha YZF-R1, Team GMT94 Yamaha – Dunlop) 683 tours en 24h00’52’’472/1000e, à plus de 165km/h; 2. Markus Reiterberger, Alessandro Polita et Dany Webb (BMW S1000RR, Team Wepol BMW Motorrad – Pirelli), à 9 tours ; 3. Grégory Leblanc, Sébastien Gimbert et Yonny Hernandez (Honda CB R1000 RRSP, Team Honda Endurance Racing – Dunlop), à 10 tours.
Meilleur tour en course : Randy de Puniet (Kawasaki ZX 10R, Team SRC Kawasaki) en 1’58’’386, à 176km/h.

Bol d’Argent : 1. Maxime Caillet et Frédéric Besnard (Triumph Street Triple RS, Maxxess 63), 79 tours ; 2. Sébastien Lager et Simon Potillon (MV Agusta B3, Ul’Team Bike), à 197/1000e de seconde, et meilleur tour en course à 159,7km/h) ; 3. Julien Vezzutti et Christian Dupuy (MV Agusta Brutale 800, Scuderia Motos), à 1’27’’.

Bol Classic (Classement cumulé des deux manches) : 1. Mathieu Lagrive et Bruno Le Bihan (Suzuki Harris F1, Belgium Team Force), 97 tours en 3h55’12’’432 ; 2. Lionel Frérard et Nicolas Sénéchal (Suzuki GSX-R, Assurances Minard & Desseigne), à deux tours ; 3. Baptiste Gigon et Vincent Eisen (Kawasaki ZXRR, Moto 90 Esen), à deux tours.

Lire aussi : WEC : doublé Porsche devant Toyota aux USA

Charles-Bernard ADREANI
Photos : Raymond PAPANTI et Jean-Marie FARINA

Slideshow : Raymond Papanti et Jean-Marie Farina ont l’objectif endurant

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire